PANNEAU DE LA RAMPE E 32 . –
          2. La Visitation (5). – Marie est toujours vêtue comme précédemment, ayant, en plus un court voile jeté sur sa tête, mais par-dessous lequel on voit toujours sa chevelure flottant en longues mèches. Élisabeth, femme âgée, en guimpe, bourrelet et manteau jeté sur les épaules, est allée au-devant d'elle et la rencontre à la porte de sa maison. Pour exprimer les sentiments d'Élisabeth et traduire par un geste significatif les paroles que l'Évangile lui met dans la bouche (6), elle est figurée fléchissant le genou et portant respectueusement la main droite sur le ventre de Marie, tandis que la mère du Sauveur, dont l'attitude trahit l'émotion et la joie, semble chanter « Magnificat anima mea Dominum », etc. (1). La demeure de Zacharie et d'Élisabeth est figurée par une riche maison forte, . avec créneaux, mâchicoulis, chemins de ronde, poivrières, pignons à crochets, porte en plein cintre munie d'une forte serrure, etc., bâtie sur une montagne plantée d'arbres (2).

(5) Luc., 1, 39-56
(6) « Exultavit infans in utero ejus, et repleta est Spiritu Sancto Elisabeth, et exclarnavit voce magna et dixit: Benedicta tu inter mulieres et benedictus fructus ventris tui. Et unde hoc mihi, ut veniat mater Domini mei ad me? » Luc. 1, 41-43.
(1) Luc., t, 46.
(2) « Abiit in montana ». Luc., 1, 39. – Ce panneau et le suivant, à la hauteur duquel il devait se trouver jadis avant la suppression de la première stalle basse de ce côté, est assez endommagé par le frottement des personnes qui, pendant les offices, se pressent aujourd'hui encore, comme autrefois, entre les stalles et le sanctuaire