Appuie-mains stalles 99-100. Est-ce une dame faisant des préparatifs de voyage ou occupée à sa toilette, comme l'ont pensé MM. Jourdain et Duval ? J'y verrais plutôt une mesquine ou chambrière (5). Fort simplement vêtue, elle s'apprête à ouvrir une curieuse malle pour y serrer une robe doublée de fourrures qu'elle tient sur son bras droit, ou bien elle vient de l'en retirer pour en revêtir sa maîtresse (6).


Appuie-mains stalles 100-101. Le couturier, parmentier, chaussetier (cauchetier), pourpointier, tout ce que l'on voudra, car toutes ces professions faisaient, à Amiens du moins, autant de corps d'états distincts, entre lesquels les limites étaient assez mal définies, et qui étaient, de ce chef, en perpétuelles contestations. Il est imberbe, à longs cheveux frisés en tire-bouchons, et vêtu d'une espèce de houppelande à col rabattu ; la gourmette de son chapeau est ramenée par-dessus celui-ci, et deux rubans arrondis par le bas lui flottent sur le dos. Il est agenouillé devant une table sur laquelle est étendue une pièce d'étoffe qu'il coupe avec un instrument qui est brisé.

(5) Dans les vignettes des heures de Simon Vostre, suite de l'histoire de Suzanne, lorsque celle-ci se déshabille pour se mettre au bain, une de ses servantes tient un coffre semblable à celui que nous voyons ici.
(6) La tête entièrement usée.